DutchEnglishFrenchSpanish
Partager:

Après quelques travaux à la maison et une première rentrée scolaire, il était temps que je dresse un rapide bilan de cette 6ème saison en tant que moniteur-guide de pêche. Voici donc une rapide synthèse de cette année au fil des rivières du Pays Basque.

Une année marquée par le manque d’eau

Une année qui aura été marquée par le manque d’eau et des canicules précoces et récurrentes pour les rivières du bassin des Nives. Au final, nos cours d’eau ne s’en sortent pas si mal. En effet, dès septembre, les nuits plus fraiches et plus longues ont permis aux rivières de retrouver des températures plus confortables pour nos salmonidés préférés, malgré le flux de sud persistant jusqu’à mi-novembre. Il faut bien se l’avouer, les périodes de faible débit sont de plus en plus précoces et longues, même ici, où les vallées font partie des plus arrosées de France. Le problème de ces manques d’eau, c’est qu’ils compliquent la pêche. Il nous faut constamment affiner notre technique et nos montages mais surtout SOIGNER nos approches des postes convoités. Ce dernier point est, selon moi, primordial et de loin le plus difficile à appréhender pour le pêcheur qui souhaite s’attaquer aux truites des Nives. Gardons le en tête pour la saison 2023.

Bien préparer sa saison de pêche

De plus en plus de monde (locaux) me contacte pour des journées techniques avant l’ouverture de la truite pour préparer la saison. Je trouve la démarche très pertinente et j’ai eu l’occasion d’initier ou perfectionner plusieurs personnes en seconde catégorie, dès février. Ce fut l’occasion de travailler le lancer, le placement, les posés ou faire le point sur les premières mouches de la saison à utiliser.

Journée technique d’avant saison sur la Nive en seconde catégorie (février 2022)

Les meilleurs moments de pêche en sèche sur les Nives :

De l’ouverture jusqu’à fin avril, les niveaux assez forts m’ont amené à souvent guider sur les affluents de la Nive. C’est sans aucun doute la période que je préfère pour les pêches en sèche. Aux bonnes heures, les poissons se gavent dans les veines qui concentrent les mouches et il est assez simple de les leurrer. La pêche en sèche nymphe à compléter les périodes durant lesquelles les poissons étaient moins actifs.

La première truite de la saison 2022, une truite de mer prise en sèche

 

La dernière session mémorable en sèche de cette saison 2022, qui a d’ailleurs marqué la fin du bal printanier, restera la journée du 2 mai avec Jean Gabriel. Jeune retraité, il était venu pour s’initier à la mouche. Il aura été gâté par une grosse éclosion en début d’après-midi sur le Nive de Béhérobie.

La grande Nive et des centaines de grosses truites arc en ciel :

En 2022, la grande Nive, est aussi le plus grand « coto intensivo » (nom des parcours surdensitaire espagnol ouvert toute l’année) de l’hexagone. En effet, en décembre 2021, une grosse crue à malheureusement submergé les bassins de la pisciculture d’Eyheralde située sur l’aval de la Nive des Aldudes. Plusieurs dizaines de tonnes de truites arc en ciel ont alors colonisé l’aval de la Nive des Aldudes puis la grande Nive. De l’ouverture à la fermeture, les contacts avec ces gros poissons (entre 50 et 70cm pour 2 à 3 kg de moyenne) ont été très réguliers. La découverte et/ou la gestion des combats avec ces gros poissons n’a épargné personne. De très bons moments de stress, de sprint, de rigolade avec plusieurs d’entre vous !

Un moi de mai sur les rivières de Navarre

Au mois de mai, j’ai principalement guidé sur les rivières de Navarre avec plus ou moins de réussite. Il y a quand même eu des journées fastes durant lesquelles il fallait alterner les techniques pour prendre des touches quasiment à chaque poste. Ce fut aussi le mois des escapades sur Iraty. C’est un territoire où les poissons ne sont pas gros mais la densité, la qualité de pêche en sèche et la beauté des paysages compensent largement. Je reste très optimiste pour la saison à venir en Navarre, si l’hiver et le printemps prochains sont pluvieux.

Jean Pierre au coeur de la forêt d’Iraty

 

Un mois de juin productif en nymphe au fil excepté lors de la première canicule.  Lors de ces fortes chaleurs, il a fallu pêcher dès le lever du jour pour apercevoir quelques nageoires. Quelques journées peu fructueuses au carnassier que ce soit sur la Nive en seconde catégorie ou sur les lacs du sud des landes (leurre et mouche).

 

Les températures de juillet n’ont pas arrangé le confort de nos chers salmonidés. J’ai donc souvent donné rendez-vous au lever du jour afin de coller à l’activité des poissons bien plus importante à la fraiche. Tout au long de l’été et jusqu’à la fermeture, les paramètres n’ont pas beaucoup changé. Il a fallu pousser les curseurs de la technicité au maximum. Le 8 centièmes est devenu la routine, les nymphes en bille de 2,8 devenues bien trop lourdes, sont restées dans le coffre. Je n’ai pas eu le choix que d’être exigeant avec les personnes que j’ai pu accompagner sur cette période, pour obtenir des résultats finalement très correctes voire surprenant à certains moments (lancer, angle, contrôle de la trajectoire des nymphes, maitrise de la pointe après l’impact, nymphes poilues ou lisses…).

Les initiations pêche à la mouche en seconde catégorie

D’autre part, une bonne douzaine de journées d’initiation à la pêche à la mouche au fil de la saison réalisée exclusivement en seconde catégorie sur les poissons blancs d’eau vive (chevesnes, vandoises, ablettes). En effet, je m’efforce de valoriser cette pêche ludique auprès des débutants. Cela permet de travailler le lancer, la dérive, le placement et le ferrage puisque les gobages ne se font pas attendre sur ces secteurs. Si la pêche à la mouche était valorisée sur ce type de parcours et ces poissons, je suis certain qu’elle ferait beaucoup plus d’adeptes.

initiation pêche à la mouche en seconde catégorie sur des poissons ludiques: chevesnes, ablettes, vandoises

Initiation pêche à la mouche en seconde catégorie

Quelques journées de TOC NYMPHE

Quelques belles journées de découverte du toc à la nymphe pour certains. Une pêche ludique que j’ai eu l’occasion de faire découvrir avec plaisir cette saison sur la grande Nive. Cette approche est très complémentaire de la nymphe au fil sur les zones larges et puissantes de la Nive.

Découverte de la Nymphe au toc pour Hubert

Une nouvelle collaboration : CAPERLAN HRK

Cette saison fut également rythmée par un nouveau projet. En effet, j’ai la chance de travailler depuis fin 2021, comme consultant pour la marque Caperlan, qui relance une gamme « pêche à la mouche ». Vous pouvez découvrir les premiers éléments dans le catalogue 2023. Cette riche collaboration me permet de participer de A à Z à la conception des produits et à leur mise en avant. Je prévois d’ailleurs des stages thématiques de groupe avec la mise à disposition de l’ensemble du matériel mouche Caperlan. Voici une petite vidéo des derniers tests des cannes qui sortiront donc début 2023:

 

Les fêtes de fin d’années approchent et, entre quelques journées au carnassier, il est temps de refaire les boites, faire l’inventaire, remettre en ordre le matériel pour se préparer à cette nouvelle saison qui arrivera très vite.

Enfin, je serais présent à la célèbre brocante d’Auch le 5 février 2023 et au salon de Saint-Etienne les 25 et 26 février 2023. J’y présenterai mon activité de moniteur et guide de pêche ainsi que la gamme de mouches et de matériel de montage de mon ami Mikel Elexpuru.

Mon stand sur les salons de pêche à la mouche

Je tiens à adresser de sincères remerciements à toutes les personnes qui m’ont accordé leur confiance tout au long de cette saison 2022.

Je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année! À très bientôt au bord des Nives, ou ailleurs.